Les robots remplaceront-ils les chirurgiens-dentistes ?

Les robots remplaceront-ils les chirurgiens-dentistes ?

Les robots remplaceront-ils les chirurgiens-dentistes ?

Depuis quelques années maintenant, les recherches en termes de technologie et de robotique ont débouché sur de véritables prouesses. C’est valable dans tous les domaines et notamment la médecine et la chirurgie est la plus concernée par cette évolution. Entre amélioration des conditions de traitement des patients et craintes quant à l’éthique de la médecine, les opinions divergent. Pour ce qui est de la chirurgie dentaire (Robot-dentiste), la robotisation de la médecine a commencé ces premiers grands pas. On peut déjà imaginer que cette avancée n’est pas prête de s’arrêter. Ci-après un petit récapitulatif sur le sujet.

Des résultats concrets en Chine

DR JEAN POIRIER Chirurgien Buccal et maxillo-facial

DR JEAN POIRIER
Chirurgien Buccal et maxillo-facial à Anjou Canada.

En Septembre 2017, un robot-dentiste a procédé pour la première fois à la pose d’implants dentaires sur une vraie patiente. Prénommé Yomi, ce robot est parvenu au bout de cette opération avec des implants créés avec une imprimante 3D. Bien entendu, des chirurgiens étaient présents et ont surveillé l’opération du début jusqu’à la fin. Lorsque cela s’avérait nécessaires, les chirurgiens-dentistes ont procédé aux changements des accessoires dont les fraises. Cette première expérience a été réalisée dans la province de Shanxi dans la ville de Xian. L’Université Beihang à Pékin et l’hôpital stomatologique de la quatrième université médicale militaire ont collaboré ensemble pour venir à bout de ce projet. Ce dentiste à Anjou spécialiste des urgences dentaires est conscient des avantages qu’un robot-dentiste peut apporter à la médecine.

Les avantages dans la pratique

Compte tenu du succès de cette opération invraisemblable, il a été démontré que les robots seront bientôt capables de résoudre le problème du manque de chirurgiens-dentistes dans certaines contrées (déserts médicaux, campagnes). En plus, il y a moins de risques d’erreur car le robot agit avec plus de précision et de rapidité que l’Homme. Bien sûr, le chirurgien-dentiste pourra toujours orienter le robot, notamment pour la programmation des angles comme le cas Yomi. Ils peuvent également programmer la profondeur et l’orientation des gestes à effectuer. Grâce aux capteurs et aux caméras dont il est muni, le robot est capable de prodiguer les soins les plus adaptés pour les patients.

Quid de l’éthique professionnelle ?

Le principal obstacle qui pourrait se dresser entre les robots-dentistes et les patients est le blocage psychologique. Certaines personnes, patients comme praticiens, pourraient être réticentes à l’idée de laisse une machine décider sur les choix éthiques. A part cela, l’intelligence artificielle peut présenter un risque pour l’être humain. De nombreux films de science-fiction nous illustrent ce scénario catastrophe selon lequel les robots échappent au contrôle des hommes qui les ont créés. En outre, étant donné que le côté opérationnel pourra parfaitement être assuré par les robots-dentistes, les vrais chirurgiens-dentistes risquent de perdre leur rôle de praticien et devenir de simples agents pour la prévention.

Comments are closed